L'affaire Mediator aura t-elle des conséquences sur les effectifs de Visite Médicale?

3. février 2011

La visite médicale n'est absolument pas mise en cause dans le rapport de l'IGAS sur le Médiator. Que ce soit dans la synthèse du rapport, ou dans le rapport détaillé, rien ne permet à ce stade d'incriminer la visite médicale. Cela n'a pas empêché Martin Hirsch, ancien directeur de cabinet de Bernard Kouchner, lorsqu'il était ministre de la santé, de recommander d'interdire l'accès des visiteurs médicaux aux cabinets des médecins, dans une interview au Journal du Dimanche. La visite médicale, comme le rappelle le Leem, fort justement en réponse à cette interview, "les délégués médicaux sont des professionnels formé, encadrés et certifiés, pour une information médicale responsable". Pour autant, certaines dérives dans la stimulation des forces de ventes lors des séminaires de rentrée ou à l'occasion de lancements de produits sont difficilement compatibles avec la charte de la visite médicale. On ne peut qu'être atterrés par  le clip de stimulation proposé par Eli Lilly France et visible sur le site de libération. On voudrait bien croire que cette initiative est celle «d' un cadre en début de carrière qui a fait son truc dans son coin» . Le détournement du clip vidéo original, a pourtant nécessité l'intervention d'une comédienne (la diction est très professionnelle)  pour enregistrer les textes, d'une régie postproduction pour la synchronisation du son et l'intégration des incrustations Zypadhera. Même si le budget n'est pas énorme, il a bien fallu éditer un bon de commande auprès d'un professionnel de l'audiovisuel. Il a aussi fallu que ce clip échappe à tous les contrôles interne. Cela signifie qu'un chef de produit pourrait soustraire à sa hiérarchie un élément de campagne, pour le diffuser en catimini auprès des directeurs de région....

 

 

 

 

 

La Visite Médicale n'a pas besoin de tous ces soubressauts médiatiques, en ce moment. Ses effectifs sont cruellement touchés depuis 2003, au point que les projections d'Eurostaff 2010 pourraient s'avérer encore plus catastrophiques que prévues. Les visiteurs médicaux commencent à se faire insulter dans les salles d'attente par des patients conditionnés par les médias. Les conditions de réception par les médecins se durcissent encore un peu plus à cause de l'affaire Mediator et maintenant avec la diffusion des clips de Lilly. Etonnant que l'on n'ait jamais entendu parler en France du film "Love and other drugs" qui raconte les méthodes particulières d'un délégué médical qui travaille chez Pfizer. Tout y passe en termes de dérives commerciales.

Avec ce traitement médiatique, le nombre de visiteurs médicaux risque de chuter plus rapidement que prévu. L'industrie pharmaceutique, qui avait légèrement commencé son virage stratégique vers le marketing digital, va devoir accélérer sa mutation. Le edetailing présentait des atouts interessants, mais son détournement au profit d'actions purement commerciales très bas de gamme a fait considérablement chuter les taux de transformation, qui peinent maintenant à dépasser les 15%.

Le passage au Mix Marketing 100% digital se profile à l'horizon sur certaines cibles que l'on ne pourra plus voir par la visite médicale. L'affaire Médiator accélère la mutation, sous l'effet conjugué de la réaction des pouvoirs publics et de son traitement médiatique. Les visiteurs médicaux eux mêmes sont maintenant à l'origine de la dénonciation des dérives qui leur sont proposées, pour défendre leur profession.  Ce que démontre le cas du Zypadhera de Lilly. Ce n'est sans doute qu'un début

 

Visite médicale