L'interdition de la visite médicale en France : Fantasme des inspecteurs de l'IGAS ou réalité proche?

23. juin 2011

La crise sanitaire provoquée par l'affaire Mediator, met encore un peu plus la pression sur les pratiques promotionnelles de l'industrie pharmaceutique. Le dernier rapport de l'IGAS, sur "la pharmacovigilance et gouvernance de la chaîne du médicament" prend également le parti d'interdire totalement la visite médicale en France, confirmant les propos de Martin Hirsch, dans un article de libération paru en janvier.Les auteurs du rapport estiment "qu'il n'y a pas d'alternative à l'interdiction de la visite médicale", considérant que les tentatives de régulation menées depuis quelques années sont un échec. Dans ces tentatives de régulation, la mission englobe la certification de la visite médicale sur laquelle il n'existe aucun contrôle ni sanction, et l'assimile à un "alibi pour que les choses ne changent pas". La Suède est citée en exemple, pour avoir abouti à cette conclusion et interdit la visite médicale.

En cohérence avec cette suppression, la mission propose ni plus ni moins de baisser à due concurrence les prix des médicaments, soit selon eux, une économie de 1.1 milliards d'Euros! Et ce milliard servirait à développer le développement professionnel continu par des réseaux indépendants des firmes pharmaceutiques.

Le rapport de synthèse des assises du médicament, du 26 juin donne quelques pistes sur les orientations possibles du gouvernement en matière de promotion. La suppression de la visite médicale n'est pas à l'ordre du jour (ouf!). Les taxes par contre le sont. On reviendrait également au contrôle a priori des documents promotionnels. Probablement la seule bonne nouvelle de ces différents rapports! Il sera peut être plus facile de négocier avec l'autorité de tutelle, qu'avec les interprétations de certains services réglementaires.